Biarritz

Biarritz

Biarritz : Une ville dans le vent et les pieds dans l’eau.

Entre Bordeaux, cité du vin et San Sebastian l’Espagnole gastronome se dresse Biarritz, une ville sur l’océan remplie de trésors pour le corps et l’esprit.

Le visiteur qui pose le pied à Biarritz n’a pas fini de s’étourdir. Ici une bonne table, là un établissement d’exception et sur l’eau, toujours une activité sportive à découvrir.
En haut des Cents marches qui rejoignent la Côte des Basques, Biarritz offre l’un de ses plus beaux panoramas. A gauche, ses plages sauvages comme celle de la Milady ou Marbella puis la côte filant jusqu’à l‘Espagne. A droite, la villa Belza et le début de la promenade qui mènera jusqu’au Phare et derrière, aux longues plages de sable annonçant le début des Landes.
Napoléon III et sa douce Eugénie ne s’y étaient pas trompés et avaient établi à Biarritz leur lieu de villégiature favori. La résidence de vacances, commandée par l’Empereur pour la belle, est aujourd’hui devenue l’hôtel du Palais. Cocteau, Chanel et Hemingway ont eux aussi suivi le chemin et sont tombés sous le charme de la cité.
Une fois la centaine de marches descendue, l’océan pour guide, il suffit de longer la côte pour arriver au cœur de la ville. Un passage au Rocher de la Vierge permet de marcher sur l’eau l’espace d’un instant. Puis voici la plage du Port Vieux, petite crique qui donne l’autorisation  à l’océan de venir lécher les pieds de la ville. Ici, les Ours blancs, association de baigneurs téméraires goûtent à l’eau chaque jour de l’année.
Quelques rochers plus loin, une nouvelle carte postale : la Grande Plage, son casino, le phare au loin et enfin, l’hôtel du Palais.

Plus qu’un établissement de luxe, une institution, une histoire, l’emblème de Biarritz. L’hôtel a été reconstruit en lieu et place de la demeure de l’Impératrice après un incendie en 1903. Tout juste repris par le groupe Four Seasons, il est classé palace officiel avec ses 350 employés en saison. Son chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Jean-Marie Gautier y délivre une cuisine raffinée.

Biarritz n’a rien à envier à ses sœurs prestigieuses des bords de mer français. Elle aurait même les épaules et de nombreux attributs que lui envieraient les plus grandes telles que Cannes, Nice ou Deauville.

En plus des tables étoilées et établissements d‘exception, Biarritz possède ce charme des petites villes qui ont tout d’une grande. Par son architecture, ses habitants, ses sports de glisse connectés à l’océan. Une classe naturelle qui lui  permet de rester elle-même malgré son succès. Biarritz est en effet courtisée depuis toujours par les touristes mais est aujourd’hui prisée par les urbains en quête d’une nouvelle vie proche des éléments.

En scrutant bien l’océan, il y aura toujours un surfer à observer, fidèle à l’écume des vagues biarrotes hiver comme été. Adepte du paddle et nageurs invétérés sont aussi de la partie. Tandis que le footing des bords de falaises est devenu le sport municipal suivi de près par les clubs de yoga et autres centres santé et bien-être qui prolifèrent au cœur de la Cité de l’océan.

Des airs de Californie, la gastronomie et la culture à la française en plus.

Les festivals se multiplient : L’art d’aimer la Danse, le Big festival, le Festival du film d’Amérique Latine. La cathédrale Sainte-Eugénie et sa crypte abritent des expositions temporaires et le Musée de la Mer des phoques, requins-marteaux et autres espèces sous-marine au sein de l’aquarium.

Les Halles au coeur
En  remontant les rues, les bars se multiplient, les bonnes adresses aussi entre shopping haut de gamme et petits créateurs locaux.
Au cœur de la ville : les Halles et son effervescence. Ouvertes tous les jours et entièrement réhabilitées il y a trois ans, c est un véritable lieu de vie. Ici se croisent parisiens expatriés aux chemises cintrées dégustant huîtres et vin blanc au comptoir de l’écailler. Touristes en goguette qui s’attardent à la terrasse du Bar du marché dévorant pour la première fois une  cassolette de chipirions (petits calamars).  Et sur le parvis, les producteurs du Pays basque intérieur étalent fromages de brebis fermiers et légumes de saison garantie sans pesticides.

Voilà Biarritz : raffinement et partage, jeunes surfeurs décomplexés et retraités chics. Des opposés qui s’attirent, s’entremêlent et fusionnent. Une recette qui fait d’elle la cité balnéaire dans le vent et aux pieds dans l’eau.

5 ADRESSES A BIARRITZ

Hôtel du Palais, 1 avenue de l’Impératrice, Biarritz (chambres à partir de 270 euros. Menus à la Villa Eugénie et la Rotonde à 95 et 135 euros )
L’Entre Deux, 5 avenue Foch, Biarritz (restaurant bistronomique avec un jeune chef inventif)
Les Ours Blancs, 14 rue du Port Vieux, Biarritz (restaurant et bar terrasse face à la plage du Port Vieux)
Cheri Bibi La Conserverie, 50 rue d’Espagne (bar à vins et cave à manger 100% locavore)
Carré Coast, 21 avenue Edouard VII, Biarritz (la discothèque de Biarritz avec vue sur la Grand Plage)

 

Marie Seurin