Chef L’impressioniste

ITW JEROME BROCHOT

Un chef étoilé au service des bons produits

Voilà un nouveau venu sur la place du marché à Dijon ; L’impressionniste. Et il impressionne déjà les habitants du quartier ! Ouvert début avril, ce nouveau bistrot n’a pas une simple adresse, c’est le second restaurant du chef étoilé Jérôme Brochot. Installé à Montceau-les-Mines depuis 1999, il se lance aujourd’hui dans une restauration de brasserie traditionnelle pour le plaisir des Dijonnais.

Ce nouveau challenge, Jérôme Brochot s’y accommode bien. L’impressionniste remplace ainsi les Négociants, fermé depuis quelques mois. Un vrai changement de direction pour ce chef étoilé habitué aux tables épurées et aux plats raffinement travaillés. Chez L’impressionniste, on retrouve une ambiance de bistrot chic et une proximité avec les primeurs. Jérôme Brochot ne fait qu’un pas et il peut flâner dans les halles du marché à la recherche de ses légumes fétiches, notamment l’artichaut. Il en met presque partout ! Mais chut, c’est un secret ! Car c’est ce que caractérise ce chef étoilé ; son attachement à la terre et aux produits.

Une histoire bien écrite

Né à Autun, il est fils d’éleveurs de vaches charolaises. Mais c’était auprès de sa maman qu’il reste des heures durant pour préparer les repas des invités et travailler les produits de la ferme.
Il réitère ce cycle dans ses restaurants pour être en lien direct avec les producteurs.

Son CAP cuisine/pâtisserie en poche, il effectue des stages dans de grandes maisons étoilées comme Georges Blanc, Alain Ducasse ou Lameloise à Chagny. Mais c’est peut-être chez Bernard Loiseau à Saulieu qu’il prend le goût du travail et de la perfection. Jérôme Brochot découvre un chef qui transmet une envie et une émotion telle à ses équipes qu’elle veut se dépasser pour décrocher une étoile.

En 2005, c’est ce qu’il réussit à faire. Son restaurant à Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire, affiche sa première étoile grâce à une cuisine française revisitée qui « exulte les papilles ». On y apprécie autant les plats que le service élégant. Dans une décoration épurée, les assiettes imaginées par le chef Nicolas Martin s’affichent comme des tableaux.

Chez L’impressionniste, les tableaux sont accrochés aux murs. Ce sont ceux de sa compagne Sandrine, artiste peintre. Elle les change selon ses inspirations. Comme la carte qui propose des plats bien connus comme la blanquette de veau, le tournedos de poulet de Bresse ou l’entrecôte charolaise. Pour le midi, optez pour la formule à 17€ (entrée/plat ou plat/dessert). Pour le soir, vous hésiterez entre les formules complètes à 29€, 32€ ou 35€. Menu végétarien, plateaux de charcuteries et fromages sont bien sûr proposés.

Dans son nouveau restaurant, Jérôme Brochot rend hommage aux peintres impressionnistes, comme Edouard Manet, qui ont cassé les codes de la peinture. Comme Bernard Loiseau avait modifié les codes de la cuisine. Ce bistrot mêle ces deux arts et le chef y exprime une autre facette de sa personnalité. Il passe de la campagne à la ville avec une rapidité d’exécution et d’adaptation pour proposer 70 couverts midi et soir. Mais ça lui plaît. Son calme naturel lui permet d’anticiper cette nouvelle organisation et de concevoir toujours autant de belles recettes.

Sortie d’un livre de cuisine pour la fête des mères :

L’impressionniste

Place du Marché
21000 Dijon
03 80 27 47 83
Ouvert 7 jours sur 7
Hôtel-Restaurant Le France
03.85.67.95.30.
71300 Montceau-les-Mines
www.jeromebrochot.com