Jean Roch

JEAN ROCH

De Paris à New York, son nom résonne dans toutes les discothèques du monde. A 49 ans, Jean-Roch n’a pas à rougir de sa carrière. Ce véritable autodidacte est aujourd’hui à la tête d’un empire de restaurants et d’établissements de nuit comme le VIP Room. En parallèle, il poursuit ses envies dans la musique. Comblé par le travail, il l’est aussi dans sa vie privée puisqu’il est papa de quatre enfants.

Une question toute bête : comment allez-vous ?

« Je vais très bien, merci. Nous sommes en pleine réflexion sur nos projets pour le Festival de Cannes et le Grand Prix de Formule 1 à Monaco. Comme chaque année depuis 15 ans, je bouillonne d’excitation pour ce genre d’évènements. On travaille dessus pendant un an pour créer des choses toujours plus extravagantes. J’aime cette adrénaline. Ce sont des moments forts sur des laps de temps très courts. Il faut en profiter au maximum et j’ai des envies de dingue ! »

Dites-nous tout. Quels sont les projets en cours ? Quelles sont les folies que vous imaginez ?

« Pour la 4ème année, nous organisons à l’hôtel JW Marriott à Cannes un évènement éphémère avec un magnifique décor, des performances d’artistes internationaux et encore plus de show ! Le VIP Room a été le premier à être présent au Festival de Cannes pour organiser des soirées hautes en couleur. Chez nous, on vient pour faire la fête et je pense qu’on s’amuse bien ! Cette année, je rêve d’un showcase de Justin Timberlake. Mais ces évènements sont réalisables grâce à l’énergie des autres VIP Room de Paris, New York ou Dubaï. C’est un vrai travail d’équipe ! »

Justement, à quoi devez-vous le succès de vos discothèques ?

« Le côté « friendly » je dirais ! Chez moi, on est cool avec les stars. On ne leur passe pas de la pommade, on fait notre travail et ils le savent. Je ne veux pas d’un club élitiste où on n’oserait pas venir de peur d’être recalé à l’entrée. Je préfère une jolie demoiselle en jean plutôt qu’une fille vulgaire en total look Dior. Mon intention est de mélanger les styles, les univers et les arts. J’ai de très bonnes relations avec les stars comme Rihanna. J’ai un sentiment de respect vis-à-vis de ces personnes mais je veux aussi que les autres, les gens de passage, les clients de la boîte passent une bonne soirée. »

Vous venez d’un milieu modeste et vous avez commencé très jeune. Comment expliquez-vous votre belle carrière ?

« C’est simple c’est la motivation. Avec mon frère, on a eu l’envie de faire quelque chose, quelque chose qui nous plaisait. Par envie et non pas pour la notoriété. Quand j’ai commencé à travailler dans les boîtes à Saint-Tropez, j’étais intimidé devant ces grandes vedettes et ce sont devenus des alliés, des amis. J’ai toujours envie de grandir ! C’est l’appel du large ! D’ailleurs un VIP Room devrait ouvrir à Londres d’ici peu. Je ne recherche pas la
reconnaissance, je cherche à faire ce que j’aime ! »

Belle transition. Moi qui voulait vous parler de la musique, votre seconde activité mais votre première passion.

« Si je ne pouvais faire que de la musique, je serais comblé ! Etre sur scène c’est ma thérapie, comme d’autres vont chez le psy. Lorsque j’ai sorti mon premier album (voir encadré) je l’ai fait par passion. Je ne savais pas du tout si le public allait répondre présent et pourtant l’album a été disque d’or. C’est une belle récompense et du coup pour le second album je me mets la pression. Il est en préparation je vous rassure ! Je n’aurais jamais imaginé me lancer dans une carrière musicale et maintenant je ne pourrais plus me passer de me produire en concert. Pour évoluer dans le monde de la nuit ou dans le monde de la musique, il faut aimer les gens, c’est
la seule condition pour réussir ! »

Charlène RAVERAT

Le roi de la nuit

Né en 1966 à Toulon, Jean Roch se destine à une carrière de footballeur. Mais son père décède, l’obligeant à reprendre le restaurant familial. Il va ainsi devenir un vrai homme d’affaires en créant sa première discothèque appelée à La Scala à Toulon. De là, c’est le début de sa conquête du milieu de la nuit. Il ouvre différents établissements dans toute la France Né en 1966 à Toulon, Jean Roch se destine à une carrière de footballeur. Mais son père décède, l’obligeant à reprendre le restaurant familial. Il va ainsi devenir un vrai homme d’affaires en créant sa première discothèque appelée à La Scala à Toulon. De là, c’est le début de sa conquête du milieu de la nuit. Il ouvre différents établissements dans toute la France notamment L’Hystéria à Saint-Tropez ou le VIP Room à Paris. DJ, il assure aussi aux platines puis, en 2004, il démarre une nouvelle carrière, celle de chanteur. Il sort son premier album Music saved my life en 2012.