Vianney

VIANNEY

LE PETIT PRINCE DE LA CHANSON FRANÇAISE


Vianney, ton premier album est sorti en octobre 2014. Depuis, tu n’arrêtes pas.
Comment as-tu vécu ce succès ?

Je vis super bien tout ce qui se passe.
C’est beaucoup de fatigue aussi quand je fais le bilan c’est vrai mais j’aime trop ce qui se passe, j’aime trop tous ces gens qui nous porte et ceux avec qui je travaille aussi.
Je suis très heureux.

Vianney, your first album was released in October 2014.
Since then, you haven’t stopped. How was your first taste of success?

I’m really enjoying everything that’s happening.
It’s very tiring, but I love all the people who make it possible and with whom I work.
I’m very happy.

On parle beaucoup de toi comme étant la révélation de la chanson française.
Tu en penses quoi ?

Oui enfin un peu tous les ans y’a ça, une nouvelle révélation (RIRE)…
Moi ça m’encourage ça me fait plaisir mais je n’y pense pas.
Pour moi l’important ce n’est pas ce qu’on dit de moi mais ce qui se passe dans les salles de concerts, ce que les gens me disent, m’écrivent etc…
Mes chansons, elles vivent avant tout à travers les personnes qui les écoutent et qui viennent me voir.

We talk a lot about you as a French songwriting revelation.
What are your thoughts?

Yes, there’s a new revelation every year (laughs)…
It encourages me and makes me happy but I’m not sure.
The important thing for me is not what’s said about me but what happens in the concert halls, what people tell me, write to me about…
My songs live through all the People who listen to them and come to see me.

Avant de parler de ton nouvel album, tu te rappelles de ton premier souvenir musical?

Je crois que c’est écouter Joe Dassin dans la voiture en famille.
On est une famille nombreuse, on partait en voiture en Bretagne très souvent on aimait bien ce coin la et on écoutait énormément Joe Dassin.

Before you talk about your new album, do you remember your first musical memory?

I think it was listening to Joe Dassin in the family car.
We’re a big family and often went to Brittany by car and listened to a lot of Joe Dassin.

Et ta première scène?

J’avais 14 ans c’était avec mon groupe, je savais à peine jouer de la guitare j’étais avec mon grand frère et des copains musiciens.
C’était un genre de kermesse avec plein de gens qui s’en fichaient mais je me souviens très bien de ça, ça m’a marqué cette première scène.

And your first time on stage?

I was 14 years old with my band, I barely knew how to play the guitar and I was with my older brother and his musician friends.
No-one was really interested but I remember it having an impact on me.

Ce nouvel album parlons-en…
Je le trouve assez différent du premier dans les sonorités.
Il y a des sonorités africaines sur ton nouveau single « Moi aimer toi », un peu de reggae aussi et plus étonnant des sons à la « Kygo » un peu électro…

Ce n’est pas étonnant tu sais, moi je suis très éclectique, je suis influencé par tout.
Une chose est sûre, je voulais aussi que ce 2ème disque soit simple et me ressemble vraiment, comme le premier si ce n’est plus.
J’ai commencé l’enregistrement avec une guitare et ma voix, du 100% acoustique.
Après, les sonorités parfois Africaine ou reggae c’est normal, j’adore ! (RIRE)

I find the new album quite different from the first in terms of the sound.
There are African touches on your new single ‘Moi aimer toi’, a bit of reggae and abit of electro in the same vein as ‘Kygo’.

It’s no wonder you know, I’m very eclectic, I’m influenced by everything.
One thing’s for sure, I also wanted this 2nd record to be simple and in my own style.
I began recording just my voice and acoustic guitar and then afterwards added African or reggae influences which I love!

Ce nouvel album, on le découvre grâce à cette tournée.
Les petites salles jusqu’à cet été puis les Festivals et les grandes salles cet automne comme le Zenith de Paris le 22 novembre et celui de Dijon le 24 novembre.
Ce nouveau spectacle tu nous en parles ?

Oui mais juste un peu (RIRE), je veux garder la surprise pour les gens (RIRE).
La différence avec la tournée précédente c’est que maintenant, j’ai deux disques.
Ca fait plus de chansons à chanter. Pour cette nouvelle tournée, on a préparé aussi une nouvelle scénographie, il y’a beaucoup de vidéo…
On a fait les choses bien (RIRE), j’ai hâte de vous le présenter.

We can discover the new album during your tour.
You’ll play small venues until the summer and then from the autumn, Festivals and bigger venues like the Zenith in Paris on November 22nd and the Zenith in Dijon on November 24th.
Can you talk about the new show?

Yes, but just a little, I want to keep the surprise for the audience (Laughs).
The difference with the previous tour is that now I have two albums, so there are more songs and there’s a lot of video.

Tes chansons sont toutes autobiographiques, tu t’inspires de tout ce que tu vis pour écrire?

Ce n’est pas que sur moi perso, je me nourris aussi des histoires des autres, mais c’est vrai que ce sont des histoires que j’ai souvent vécu aussi (RIRE).
De toute façon, si ça ne me touche pas personnellement, je ne peux pas l’écrire, je n’y arrive pas.

Your songs are all autobiographical, do you take inspiration from everything you experience to write?

It’s not just about me personally, I also feed off other people’s stories, but it’s true that most of it is from my own experience (laughs).
Anyway, if it hasn’t affected me personally, I can’t write about it.

Vianney, tu es un adepte des voyages en solitaire, à vélo, à scooter, en stop et pour les lecteurs de Welcome Magazine, j’aimerai que tu nous racontes cette belle aventure qui t’es arrivé à Dijon?

Votre région je la connais car j’étais passé chez vous lors de mon tour de France à scooter électrique.
C’était avant mon 1er album hein ?! (RIRE).
Donc voilà, je devais recharger ma bécane chez des gens.
Je dormais dehors etc …
A dijon, il pleuvait des cordes et je n’avais nulle part où aller pour dormir.
Un sans-abri a vu que je galérai alors il m’a invité à dormir avec lui et ses copains, c’était au pied des halles de Dijon.
Je me souviens très bien de l’endroit et des gens avec qui j’ai passé cette soirée.
Des gens vraiment miséreux pour le coup et quand je suis revenu à dijon dans le cadre de la tournée de Florent Pagny, je faisais sa première partie, bon là je dormais à l’hôtel avec les musiciens (RIRE)…
Et bien j’ai voulu retourner aux halles. J’ai retrouvé l’endroit où j’avais dormi et j’ai demandé à un sans-abri des nouvelles des gens avec qui j’avais dormi et ils sont toujours là-bas!
Même si je ne les ai pas vu j’ai pu avoir des nouvelles donc tu vois j’ai un p’tit lien quelque part avec Dijon avec cette petite histoire (RIRE)

Vianney, you’re a solo traveler by bike, scooter or hitchhiking.
For Welcome Magazine readers, can you tell us about what happened in Dijon?

I know the region because I passed through during my tour of France on electric scooter.
It was before my first album!(laughs).
I was sleeping outdoors etc… In Dijon, it was pouring down and I had nowhere to sleep.
A homeless man saw the trouble I was in and invited me to sleep with him and his friends near the entrance of the Dijon market halls.
When I came back to Dijon as part of Florent Pagny’s tour, I went back and even though I couldn’t find them, they’re still there!