Clara Morgane

par | 22 Jan, 2021 | Interview

Partager :

La chanteuse, mannequin, comédienne, présentatrice télé et businesswoman Clara Morgane est toujours là où on ne l’attend pas. Cet automne, elle a foulé le parquet du programme phare de TF1, Danse avec les Stars, en compagnie du danseur Maxime Dereymez. A 38 ans, elle aime prendre des risques et surprendre son public. Et celui-ci lui rend bien puisqu’il l’a accompagné pendant cette aventure.

Comment avez-vous vécu cette aventure télévisuelle et sportive à la fois ? Etait-ce aussi intense qu’on l’imagine ?

C’est bien plus qu’intense que je ne l’avais imaginé. Dans Danse avec les stars, les journées sont rythmées par les entraînements et les répétitions. On ne s’arrête jamais ! J’ai déjà fait quelques pas de danse mais pour le plaisir, jamais dans une compétition et, jamais, je n’avais pris de cours de danses de salon. C’était un vrai défi à relever ! Nous sommes sous pression tout le temps, de réussir nos chorégraphies mais aussi de performer sur scène le samedi soir. L’apprentissage des pas de danse et surtout leur mémorisation étaient des points cruciaux mais tellement difficiles pour ma part. C’était une boule de stress permanente que j’avais au ventre mais c’était tout aussi très exaltant. L’enjeu est tel qu’on a envie de gagner et qu’on a envie de faire toujours mieux les semaines suivantes. Je ne pensais pas que cette aventure serait autant éreintante mais je suis ravie malgré tout. C’était super !

Danse avec les stars vous a demandé une implication totale. Comment avez-vous fait pour gérer votre vie et vos autres activités ?

J’ai mis ma vie totalement entre parenthèses pour me consacrer à l’émission Danse avec les stars. Heureusement, j’ai un mari formidable qui s’occupe de tout. Il s’occupe très bien de notre fille, qui me manque cruellement car notre maison est dans le sud de la France, et il s’occupe aussi très bien de notre société de production. Surtout que nous avons beaucoup de choses à penser ces dernières semaines, entre la sortie du nouveau calendrier et le cabaret qui recommence à tourner sur les planches parisiennes et de province. L’emploi du temps est serré mais cela fait des années maintenant que nous travaillons sur de nombreux projets à la fois, nous avons pris l’habitude ! »

Dites-en nous un peu plus sur votre cabaret.

C’est un spectacle que je présente un vendredi par mois au César Palace dans le 15ème arrondissement à Paris (jusqu’en février) en plus de la continuité de la tournée Barrière dans toute la France (dates en province). C’est un show de 1h30 dans lequel je mets en lumière une dizaine d’artistes de tout horizon ; humoriste, musiciens, danseuse de pole dance, effeuilleuse burlesque… Les tableaux se succèdent et je suis la maîtresse de cérémonie. J’adore le cabaret et, celui-ci, nous l’avons monté de toute pièce. Nous avons imaginé les enchaînements et, avec l’humoriste Martial, nous travaillons toujours mes textes. Je veux casser la glace avec le public pour qu’ils se lâchent dans ce spectacle un peu hors normes.
D’ailleurs, les artistes ont une grande part de liberté et, ainsi, le show évolue sans cesse avec de nouveaux tableaux. On ose tout car j’ai besoin d’avoir la liberté de faire de l’art. Je veux que ce spectacle soit familial et qu’il soit glamour sans être vulgaire. Je veux que les femmes y amènent leurs hommes et qu’ensemble on décomplexifie la situation pour que tout le monde s’amuse et sourit, même d’un moment gênant ou d’un moment plus coquin. Je pense aussi que le public me découvre différente sur scène car, finalement, j’ai beaucoup d’autodérision sur mon image mais les gens ne le savent pas.

Votre image est difficile à saisir. Vous semblez discrète au quotidien mais vous vous libérez lorsqu’il s’agit de vous mettre en scène. Comment expliquez-vous cela ?

Il y a plusieurs traits de ma personnalité que je laisse entrevoir dans chacun de mes projets. Sur scène, je peux être drôle et féminine à la fois. Dans mes calendriers, je suis sexy et féline. C’est vrai que j’aime me travestir et être toujours sur le fil ! Pour réaliser mon 17ème calendrier, je suis partie au Japon. J’avais envie d’aller découvrir ce pays depuis un moment car les arts sont très divers. J’ai pu découvrir l’art de l’attachement, appelé le Shibari (NDLR : A l’origine c’était un art martial d’encordage réservé aux samouraïs. Aujourd’hui, il regroupe les pratiques modernes de bondage japonais). J’ai fait confiance à un artiste japonais pour réaliser cet art sur moi et, se retrouver nouée de partout, est une sensation particulière. C’est très spectaculaire mais, à travers ces noeuds de corde, il y a une vraie signification…  Ce sont deux être qui se nouent l’un à l’autre… On peut souffrir mais on s’offre aussi à l’autre. Pour ce nouveau calendrier (disponible en kiosque), je me suis vraiment immergée dans cette culture et je pense que ça valait le coup car les photos sont très belles. J’aime aussi l’art pour cela, pour pouvoir sortir du commun. »

Une femme Hyperactive !
Clara Morgane, née à Marseille le 25 janvier 1981 sous le nom d’Emmanuelle Munos, est devenue le symbole de l’érotisme et du glamour à la française. Classée 7ème parmi le classement des femmes les plus sexy de la planète, elle a démarré sa carrière dans le mannequinat dès l’âge de 12 ans.
En 2011, elle publie son premier calendrier. Aujourd’hui, chaque nouvelle édition est un best-seller vendu à plus de 100 000 exemplaires. Clara Morgane a également travaillé sur de nombreux projets dans des univers très divers : à la télévision en présentant une dizaine d’émissions, dans la musique en sortant trois albums ou dans la lingerie en créant deux marques : Clara M et Shocking Princess.
En parallèle, Clara Morgane est surtout une femme engagée. Elle soutient la lutte contre le viol, et participe à la campagne
« Kan C Non, C Non ».

Clara Morgane

C’est aussi …

Share This